Ces petits riens qui font beaucoup : la mosaïque du bonheur

Combien de fois, me suis-je retrouvée dans des situations oppressantes à force d’avoir accepté par ci par là de petits services ou engagements !

Ces petits riens qui, mis bout à bout, font beaucoup.

C’est même toute l’histoire de ma vie.


Dire NON

« Maman, tu peux venir me chercher à 16h ? »

« Tu pourrais m’envoyer un SMS juste avant notre rendez-vous pour me le rappeler ? »

« Tu peux t’occuper de la réservation ? »

Toutes ces petites demandes qui ne prennent individuellement que 5 à 10 minutes chacune à réaliser et qui, ajoutées les unes aux autres, engloutissent ma journée. Et, surtout, il faut le dire :

« Toutes ces choses à penser qui s’accumulent dans ma tête au moins autant que dans mon agenda ! »

Mais pourquoi est-ce si compliqué de dire NON ?!

Peut-être à cause de cette vilaine  impression que cela fait de moi une mère peu disponible, une amie peu serviable, une personne qui ne pense qu’à elle, incapable d’être à l’écoute du besoin des autres : méchante et égoïste.

Et les personnes comme ça, qui les aime ? Franchement !

Alors, pendant longtemps, j’ai dit OUI :

  • pour faire plaisir,
  • parce que je ne voulais pas être la méchante,
  • pour ne pas être celle sur qui on ne peut pas compter,
  • pour être aimée.

Mon amertume

Et parfois, à force de trop accepter, trop endurer, la rancœur s’est installée. Certains liens se sont même ternis.

« Y en a marre qu’elle abuse de ma gentillesse. »

Une sensation mêlée d’ingratitude et d’injustice me faisant monter au créneau quand la coupe était pleine.

Tout ces NON refoulés ont fini par s’accumuler en une immense amertume composée de colère et de frustration.

Comme un feu qui couve et auquel on continue d’apporter du carburant jusqu’à ce que l’appel d’air de trop laisse tout le bâtiment s’embraser à vive allure.

Une vraie bombe à retardement.


La limite

Mais entre trop en faire ou pas assez, comment trouver le juste milieu ?

John Stuart Mill a dit :

« La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres »

Et cette liberté, si précieuse à mes yeux (celle de m’affirmer dans le respect des autres mais aussi de moi-même) souvent c’est bien moi qui m’en suis privée.

Pas les autres.

Alors, j’ai appris à dire des petits NON, qui assemblés les uns aux autres, m’ont permis de me sentir plus libre et moins amère.

Et finalement, j’ai réalisé que ces petits NON passaient comme une lettre à la poste auprès des autres tandis que, pour moi, ils changeaient beaucoup de choses.

Bien sûr, je le précise, j’ai aussi continué avec beaucoup de plaisir à dire OUI quand cela était possible et ne m’engageait pas dans des situations oppressantes.


Ces petits riens qui font beaucoup, c’est aussi…

Ces témoignages d’amour :

  • une fleur cueillie dans la pelouse,
  • un dessin,
  • un câlin,
  • un « t’es belle maman » ou « t’es la meilleure maman du monde »

Ces manifestations d’amitiés :

  • un voisin qui garde mes enfants au moment où je ne sais plus comment me dépêtrer de mon organisation,
  • une amie qui m’invite à prendre un café,
  • une caresse de soutien sur le bras accompagnée d’un regard compatissant,
  • des rires partagés.

Oui, ce sont les petits rien qui, mis bout à bout, peuvent nous plonger dans une rancœur extrême mais ce sont aussi eux qui peuvent être l’essence même du bonheur.

Il y a quelques années, j’ai eu la chance de croiser le chemin de personnes formidables et inspirantes qui m’ont appris à apprécier ce qui m’entourait. Une notion souvent mal comprise qu’on nomme ; gratitude.


Merci

Alors, merci pour tous ces petits sourires, ces discussions, ces likes et commentaires encourageants.

Merci à mes enfants de me partager leurs histoires et chacun de leurs petits moments précieux.

Merci pour ce qui semble individuellement n’être, peut-être, pas grand-chose et qui, pourtant, participe grandement au bonheur.


« Le bonheur est une mosaïque composée de petits morceaux »

Charles DUMERCY

2 thoughts on “Ces petits riens qui font beaucoup : la mosaïque du bonheur”

  1. Bravo Nadine pour ce post, toujours dans le mile !
    Le printemps c’est aussi un super petit bonheur, le soleil, les bourgeons, les oiseaux qui chantent et nous mettent du baume au coeur.

    1. Merci Karine;) Je suis bien d’accord! L’arrivée du printemps est une source importante de bonheurs: luminosité, mélodies de la nature qui se réveille, couleurs, odeurs…tout est rassemblé pour stimuler nos sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.