Besoin d’amour

Le retour du soleil, les bénéfices d’un travail régulier sur soi, le temps qu’on s’accorde….

Fort heureusement, certaines périodes sont particulièrement remplies de bonheur et de moments simples. C’est le cas pour moi depuis quelques semaines et ceci malgré le rythme parfois soutenu des journées ou diverses « tuiles » imprévues.

Mais s’il y a une chose sur laquelle je continue de me sentir affectée malgré moi c’est bien ma réputation.

 

J’ai beau avoir conscience qu’on ne peut être aimée de tout le monde et que nous faisons juste de notre mieux, je suis souvent rattrapée par ma peur que l’on dise du mal de moi.

 

Le livre

 

Récemment, ma fille qui est en 4e a lu un livre pour son cours de Français intitulé « Ma réputation » de Gaël AYMON et elle l’a tellement adoré que je m’y suis également plongée, curieuse de voir ce qui l’avait tant séduite.

Ce livre, dont la cible est clairement adolescente, facile à lire et relativement court m’a, à mon grand étonnement, aussi beaucoup plu.

Il parle de l’histoire d’une jeune fille pour qui tout va bien, jusqu’au jour où, sa réputation dérape suite à un malentendu et à beaucoup de malveillance.

Mais il parle aussi avec plus de subtilité des idées préconçues que l’on peut avoir et des présomptions, suppositions dont on fait des vérités très rapidement et des conséquences désastreuses qui peuvent en découler comme l’isolement , la peur, la phobie scolaire ou sociale voire pire encore.

 

Nos peurs

 

Après avoir parcouru ce livre, nous avons longuement échangé sur nos peurs du regard de l’autre ma fille et moi et j’ai pris conscience que malgré les 26 années qui nous séparaient, nous étions animées exactement par les mêmes craintes et les mêmes envies : la peur de l’isolement et l’envie d’être aimées.

 

« Tout peut aller si vite ! »

Non ?!

 

Nous avons tous (je crois) vécu telle ou telle situation dans laquelle nous nous sommes retrouvés montrés du doigt ou isolés voire « éjectés » d’un groupe sans avoir senti le vent tourner.

Que ce soit dans ma vie pro, du temps où je travaillais dans de grands groupes, ou dans ma vie perso, j’ai ce sale souvenir d’un fort sentiment d’appartenance à un groupe qui un jour ou l’autre m’a considérée sans sommation comme « persona non grata » (personne indésirable).

 

Ce sont ces souvenirs d’isolements forcés qui me poussent trop souvent à me taire ou rendre service même quand la situation me complique la vie à moi, de peur de déplaire et d’être, à nouveau « bannie ».

 

Ma fille, au primaire, à vécue aussi (comme tous les gosses ou la majorité) un moment particulièrement pénible ou une gamine avait monté toute la classe contre elle.

Serait- ce pour ça qu’elle, qui avant ne se souciait jamais du regard des autres, fait tout pour être acceptée aujourd’hui?!

De mon point de vue, c’est fort probable.

 

La séduction

 

Je m’applique depuis quelques temps à tenter de sortir de cette démarche de « séduction » qui consiste à toujours tenter de faire les choses parfaitement pour ne surtout pas déplaire et continuer à être aimée.

Mais souvent, les contraintes diverses qui me poussent à marquer, malgré moi, certaines limites, me forcent à remarquer que le moindre faux pas est alors de suite souligné.

A courir après la perfection, l’erreur (si humaine soit elle) n’est plus tolérée ni par ceux qui ont été habitués à la rigueur, la disponibilité de Mme parfaite, ni par moi-même qui me culpabilise alors tantôt d’avoir été trop « bête » pour poser des limites avant ou pas assez bonne amie, conjointe, mère…

 

Telle que je suis

 

Le problème dans la quête de l’amour de l’autre et qu’il se conjugue très souvent avec « trop » ou « pas assez ».

Alors, voilà maintenant quelques années, je me suis lancée sur un nouveau chemin.

Souvent, je prends des sentiers de traverses et je m’égare.

Mais c’est de ce chemin que je veux vous parler aujourd’hui parce que finalement c’est celui sur lequel je me sens la plus heureuse.

Ce chemin est celui sur lequel j’apprends à ME séduire (oui là, vous vous dites que je suis tombée sur la tête !! Mais non non en fait !)

 

A chaque fois que je m’inquiète de savoir ce que va penser telle ou telle personne de ce que j’ai dit ou fait et que mes vieux démons m’assaillent alors de culpabilité et nœuds au cerveau en tous genre, je sais alors qu’il est impératif de reprendre du temps pour moi et apprendre à m’aimer et m’accepter avec toutes mes facettes.

Ma réputation finalement, comme celle de tout à chacun, est un paramètre tellement aléatoire d’un jour à l’autre, d’une personne à l’autre que m’en inquiéter me parait être, aujourd’hui, une bien mauvaise idée.

Evidemment, je sais que certains jours mes peurs prendront encore le dessus car le besoin d’amour et l’envie d’être entourée et de partager est ce qui m’anime au plus profond de moi-même.

Mais en lisant ce livre, si simple soit-il, je prends d’autant plus conscience que d’apprendre à se montrer sous son vrai jour avec ses qualités mais aussi ses failles permet de bâtir des liens plus solides avec soi-même et les autres.

 

 

 

4 thoughts on “Besoin d’amour”

  1. Merci pour ce beau texte qui tombe à pic dans mes interrogations du moment, comme souvent lorsque je reçois vos mails 😉 merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.