Je t’aime assez pour te dire non

Les yeux remplis de larmes, elle me regarde avec une rage à peine dissimulée.

 

« Tu me grondes TOUT LE TEMPS ! »

 

Est-ce vrai ?

Pendant que je la regarde muette, mes souvenirs défilent en arrière plan dans ma tête et je m’entends râler, pester à de multiples reprises.

Effectivement.

 

La culpabilité

 

A cet instant, je doute.

De moi.

Plus exactement de ma capacité à être une bonne mère.

Quand je la gronde, j’ai le sentiment d’être à des années lumières de ce que je souhaite. Et pourtant, elle a raison. En ce moment, ça fuse !

Ce doute qui s’installe un temps fait naître en moi cette culpabilité que je redoute tant.

« Non, tiens bon !

Ces limites sont nécessaires »

 

La bienveillance

 

« Comprends bien, ma puce, que si je gronde, comme tu dis, c’est parce que nous avons déjà abordé le sujet assez souvent pour que je puisse en avoir assez de tout le temps répéter la même chose ! »

 

Je me rappelle avoir pris le temps de lui exposer posément ce pourquoi il était important qu’elle fasse autrement et qu’elle ne renouvelle plus sa bêtise.

Comme dans les livres !

 

Si si, je vous jure, je m’y accroche tant que je peux à la bienveillance.

Mais parfois, ben ça déborde !

 

C’est tellement plus simple quand on analyse une situation de l’extérieur que quand on a le nez dedans.

Et puis, je suis un être humain. Pas un robot ! Il y a des jours où ça passera mieux que d’autres.

Fatigue et/ou usure du jour oblige !

 

Je l’aime si fort

 

Et pourtant, je donnerai ma vie pour elle. Je suis sa maman avec tout ce que ce mot peut comporter comme connotations d’amour et de sacrifices.

 

Et c’est justement parce que je t’aime de tout mon cœur que je vais continuer de te dire non. Quitte à en avoir les tripes et le cœur vrillés à chaque fois qu’un torrent de larmes balayent tes petites joues dodues.

 

Je t’aime assez pour te laisser me détester. Pour que tu te sentes en sécurité. Bordée par des règles qui t’accompagnent pour te protéger et évoluer au sein de cette civilisation souvent trop stimulante, trop rapide et si exigeante.

 

Je ne saurai sans doute jamais si la manière dont je t’élève est la bonne, mais c’est la mienne. Et comme je t’aime de tout mon cœur, c’est probablement la meilleure.

 

 

 

2 thoughts on “Je t’aime assez pour te dire non”

  1. Dans Notre parentalite on est souvent confronte a ces melanges d emotions mais nous devons etre suffisament fort aimants pour leur dire non car ainsi nous aurons ete de beaux parents
    Car aimer aussi c est cela
    Dire non par amour

  2. Parfois je me demande comment tu fais pour retranscrire ce que si souvent je ressens envers mon fils.cet article fait écho à une situation pas si lointaine,Comme je les ai ressenti ces sentiments,culpabilité,tristesse,de réaliser qu il y a la relation fantasmee et celle que je vis face à ce petit bonhomme qui me fait front,alors j ai pleuré car j avais épuisé toute ma colère et nous avons parlé enfin j ai parlé et je me suis tu un très long moment en le regardant priant au fond de moi pour qu il rompt cet insoutenable silence , j étais détermine a gagnér cette joute non verbale ,et j ai gagné il a parlé 👍

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.