Si j’étais sûre de ne pas être jugée….

Combien de fois me suis-je posé cette question :

 

« Qu’est-ce que je veux vraiment ? »

 

Parfois en me retrouvant dans l’incapacité d’y répondre et souvent en répondant d’un jour à l’autre tout autre chose dans ma tête : une vraie girouette.

 

Alors oui, globalement, je sais à peu près ce que je veux : réussir, le bonheur, la santé….

Bref, j’ai des notions de ce que je désire.

 

Mais plus récemment, en écoutant la radio, j’ai eu un flash :

« Et si je me posais la question dans le mauvais sens depuis le début ? »

 

L’animateur radio était entrain de solliciter ses auditeurs en leur demandant d’appeler pour dire :

« Si vous étiez sûr de ne pas être jugé, que feriez-vous que vous n’osez pas faire à l’heure actuelle ? »

 

Et en entendant la question posée de cette manière, j’ai compris ce que je voulais vraiment.

 

Mes envies

 

Je vais tenter de vous dire tout ce qui m’est passé par la tête et il est probable que j’en oublie parce que dans ma tête à moi, c’est un vrai bouillon 😉

Et surtout si je n’ai aucun frein, mon imagination peut aller très loin.

Pas vous ?

 

Si j’étais sûre de ne pas être jugée….

 

  • Je me lèverais à la dernière minute et je resterais en pyjama pour emmener les enfants à l’école si je ne travaille pas après….je prendrais mon temps.

 

  • Je me baladerais en jogging plus souvent. Je ferais passer mon confort avant mon aspect.

 

  • Je ferais presque tout le temps des pâtes à midi en semaine.

J’adoooooore les pâtes : c’est bon, ça s’accommode avec 3 fois rien, un peu d’eau + 1 bouillon…..y a plus qu’à sortir l’égouttoir et c’est réglé : le rêve de toute femme qui a cet instant précis n’a juste pas envie de cuisiner.

 

  • Je ferais le ménage après le départ des invités et plus avant….de toute façon c’est sale après !

 

Et puis surtout j’arrêterais de dire :

« Mais non, c’est pas grave, garde tes chaussures ! »

Alors que je viens d’astiquer 160m2, que je suis sur les rotules et que je rêve au fond de moi que ma maison reste telle qu’elle est (propre) au moins 24h.

 

  • J’irais à la piscine même quand je ne suis pas épilée.

Attention Teddy Bear est dans la place et le tout sans complexe 😉

 

  • Je lècherais mon assiette au restaurant quand il reste de la sauce au fond et puis je mangerais même certains aliments avec les doigts.

 

  • Je mangerais le dernier toast avant que quelqu’un le prenne sans me poser de questions.

 

Et je pourrais en trouver encore en réfléchissant un peu….

 

Alors, pourquoi ?!

Pourquoi, je ne fais pas toutes ces choses ?!

Au fond en me relisant, je me dis que certaines sont tout à fait accessibles.

 

Mes peurs

 

Comme beaucoup, j’ai crié pendant des années à qui voulait l’entendre :

« Ca m’est égal moi si on ne m’aime pas »

 

Comme s’il y avait une sorte de fierté particulière, de force, de courage a être capable d’accepter de ne pas être aimé.

Dans le métier de manager que j’occupais c’était même un critère professionnel :

capable de ne pas être dans l’affect’

 

Alors intox ou pas ? Chacun y verra ce qu’il voudra.

Y a-t-il réellement tant de personnes que ça qui se désintéressent réellement de ce que l’on pense d’elles ?

 

Si jusqu’ici

  • j’ai continué à nettoyer avant que mes invités arrivent,
  • j’ai regardé avec envie et un sentiment de regret le serveur débarrasser mon assiette encore pleine de sauce,
  • je me suis levée une heure avant de réveiller mes filles pour être pimpante chaque matin même quand je ne travaille pas,

c’est sans doute que le regard que porte les autres sur moi a une importance.

 

Et maintenant ? Concrètement ?

 

Et bien, je me dis que j’ai plusieurs choix :

 

  1. Laisser le regard que ( je pense que) les autres portent sur moi m’empêcher de faire des choses parfois simples (comme d’aller à la piscine) et y perdre un peu de bonheur pour éviter de me poser des questions et de me torturer.

 

  1. Accepter que le regard que les autres portent sur moi m’importe quelques fois et d’autres fois non.

Faire un tri dans mes désirs qui sont assez importants pour moi et alors accepter que peut être certains seront choqués, indignés et que ce sera alors leur problème.

 

Et je vais choisir la 2e option et commencer mon tri…..

 

Je me tâte franchement pour le coup du pyjama à l’école 😉

 

Et vous ?
Si vous étiez sûr de ne pas être jugé, que feriez-vous?

4 thoughts on “Si j’étais sûre de ne pas être jugée….”

  1. Si j’étais sûre de ne pas être jugée, je reviendrais sur mes déclarations pré-et-pendant-grossesse, à savoir que « je refuse de rester à la maison, et que m’épanouir professionnellement est tout aussi -voire plus important que d’être mère au foyer ».
    Parce que là, j’ai juste envie d’élever mon fils, chaque jour. De l’accompagner sur le chemin de la vie, et celui de l’école. Et que non, finalement, c’est pas si important pour moi de passer l’essentiel de mes journées dans un endroit où il n’est pas…
    Mais il faut être sûre de ne pas être jugée, bien sûr…

    1. Merci d’avoir « osé » le dire. C’est courageux.
      Et si vous me permettez de vous donner mon sentiment, je trouve que vous avez tout à fait le droit d’évoluer dans votre manière de voir et ressentir votre vie de maman.
      Je vous souhaite d’être assez soutenue et rassurée par votre entourage pour vous accorder un jour ce besoin, cette envie que je trouve très belle.
      En tout cas, vous avez déjà tout mon soutien. Ca vaut ce que ça vaut;)
      Affectueusement.

      Nadine

      1. Merci Nadine, c’est vrai qu’il est difficile de revenir sur ses propres images/idées préconçues…
        Je pense que ça me sera difficile, que mon mari a aussi envie de me voir le réaliser par mon travail, peut-être même attend-il que je puisse prendre le relais pour souffler un peu et profiter, lui aussi, de son fils… (Même si je doute qu’il veuille arrêter de travailler pour ça: bien trop workaholic !).
        C’est difficile, de se départir des images négatives de la femme au foyer. Même si, en calculant mon rendement au taux horaire d’une nounou, je me ferais un beau salaire en étant rémunérée pour les états de service H24, 7/7, 365 jours par an !
        Enfin… J’espère pouvoir le faire, et si c’est impossible, j’espère réussir à me faire à l’idée que ce petit passera moins de temps avec moi qu’avec des inconnus… (Mmm… Ça m’attriste déjà…)

  2. Très franchement je m’en fiche d’être jugée. ..S’il n’y a certaines choses que je ne fais pas c’est plus par respect pour les autres; par ex si je ne léches pas mon assiette au resto c’est surtout que je trouverai ça dégueulasse de voir quelqu’un le faire en public donc je ne veux pas infliger ce spectacle à d’autres. ..Si je me pile pour aller à la piscine c’est par esthétisme pour moi pas pour les autres …Je ne crois pas m’être déjà dit que vont penser les gens si je le fais….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *