Respire, tu vas bien trouver une solution !

Dimanche 12h38

 

Péage d’autoroute à Lyon : Jusque là tout va pour le mieux.

Je rentre d’une semaine de vacances dans le Sud de la France.

Aucun ennui sur la route.

 

Mais au moment de payer,  plus de carte bleue !

« Mince, comment je fais maintenant? »

 

Elle ne doit pas être bien loin.

« Reste calme, elle est forcément quelque part. »

 

Mais le stress monte en flèche en un quart de seconde quand je vois la file de voiture qui commence à s’allonger dans le rétroviseur.

Personne au guichet, je sens la panique gagner du terrain.

 

« Respire ! Tu vas bien arriver à trouver une solution. »

 

Sauvée

 

Je découvre avec soulagement le bouton rouge qui me permet d’obtenir de l’assistance.

J’explique mon souci et une charmante voix m’indique comment payer par chèque.

« Ouf ! »

 

Premier obstacle passé.

Je me félicite d’être partie avec mon chéquier (ce qui reste assez exceptionnel).

 

Je décide de m’arrêter à la fois pour me calmer et surtout pour arriver à mettre la main sur cette maudite carte bleue.

Rien à faire, nulle part !

Ni dans la voiture, ni dans les poches, ni dans le sac.

 

Soudain, une illumination !

Je l’ai utilisée à la station essence avant de partir.

« Je l’ai sûrement oubliée là-bas. »

 

Par sécurité, j’appelle ma nièce sur place et lui demande de vérifier.

« Peut être aurais je de la chance ?! »

 

Le stress me gagne à nouveau

 

J’ai passé le péage, c’est bien.

« Mais comment rentrer en Alsace ? »

Des péages, il y en a encore quelques-uns !

 

C’est vrai j’ai payé l’autoroute par chèque une fois, je dois pouvoir le refaire.

Mais je dois aussi prévoir de prendre de l’essence et  il reste seulement un chèque dans le carnet.

Si je pouvais choisir entre péage et carburant, je le ferai avec plaisir.

Mais les 2 sont essentiels à mon retour.

 

Je souffle un coup…

 

Et je réfléchis posément.

 

Heureusement, j’ai eu la bonne idée de retirer quelques sous en complément du chèque qu’il me reste, cela devrait coller.

« Et pour la carte bleue perdue ? »

Et bien, je ferai opposition demain si je ne la retrouve pas.

 

Finalement, j’arrive à rentrer chez moi saine et sauve.

Je suis un peu inquiète quand même du devenir de cette carte mais je suis arrivée à bon port.

C’est l’essentiel !

 

Oups !

 

Un appel de ma nièce le lendemain me confirme que personne n’a trouvé ma carte à la station.

Je me prépare donc à faire opposition.

Mais espérant un miracle, je vide à nouveau mon sac à main.

« On ne sait jamais ! »

 

Je la retrouve, là,  bien sagement posée dans une poche intérieure, coincée entre deux cartes de visite.

« Oups ! »

 

Et ce n’est pas la première fois que je me mets toute seule en situation de stress comme çà !

Ce qui est paradoxal dans cette histoire, c’est que ce genre de situations me pousse à sortir de mes retranchements, de ma zone de confort et à trouver des solutions.

 

Ce que j’ai découvert

 

Cette situation fut riche d’enseignement et vient me rappeler plusieurs aspects de ma vie

–          J’ai une belle capacité à me créer du stress toute seule et besoin de me faire plus confiance.

 

–          Quelque soit les circonstances, il y a toujours moyen de trouver de l’aide et une solution.

Il s’agit de repérer les aides et solutions utiles en respirant et en réfléchissant calmement.

 

Il y a quelque temps, j’ai découvert cette phrase magnifique de Jean Piaget :

 

 « L’intelligence ce n’est pas ce que l’on sait, mais ce l’on fait quand on ne sait pas. »

 

Finalement, il y a une certaine forme d’humilité à réclamer de l’aide, et l’intelligence n’est pas forcément là où on croit.

 

–          Changer d’itinéraire permet de belles découvertes :

pour éviter les péages, j’ai emprunté la nationale sur un long tronçon du parcours.

Je me suis ressourcée dans des paysages magnifiques.

Si j’avais eu ma carte bleue, je serai restée en sécurité sur le chemin balisé par l’autoroute, la routine quoi !

Je comprends donc qu’il est aussi utile de sortir des sentiers battus, de changer ses automatismes, de prendre des libertés avec son quotidien… bref de sortir de sa zone de confort.

 

Puisse cette histoire vous accompagner sur les routes cet été et vous préserver des stress inutiles.

Je vous souhaite aussi de sortir de votre zone de confort avec sérénité pour découvrir certaines facettes et ressources de votre personnalité.

 

Bel été – bonne route

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *