Rentrée des classes : Comment profiter de ce moment et transformer le stress en partage ?

transition-bien-être[widget_instance id= »blog_subscription-2″ format= »0″]

Quel meilleur moment pour parler de l’adaptation au changement qu’une veille de rentrée des classes !

 

En vérité, nous faisons semblant, nous parents, d’être ravis de remettre nos enfants à l’école car, c’est vrai, quand on est parent, les vraies vacances sont franchement rares.

Au fond, nous le savons très bien, la reprise de l’école pour nos bambins n’est pas du tout un début de vacances pour nous, bien au contraire.

 

Si le mode de garde s’en trouve simplifié, en ce qui concerne le rythme c’est une toute autre histoire.

maman-debordeeCar qui dit rentrée des classes, dit aussi reprise des activités extra scolaires, des courses de dernière minute parce que :

« Il me manque un cahier, des chaussons pour le sport…..j’ai plus d’effaceuuuuuuuur !!!!! »

 

 

……..bref, c’est bien loin de l’idée que l’on peut se faire des vacances en réalité !

 

Ajoutez à cela la culpabilité de voir toutes ces mamans, qui n’ont même pas eu à lutter avec leur employeur pour avoir l’honneur d’emmener leur enfant à l’école pour sa rentrée et, qui vont resteravec le sourire à les regarder patiemment rentrer pendant que vous serez là figée avec un sourire de façade, stressée au fond parce que :

« Il est ’30 là ! Ils devraient déjà être rentrés. Il faut que j’aille bosser moi !…….Bon, mon chéri, je te laisse ! Maman doit aller au travail. Elle ne peut pas attendre que ta maitresse se décide. »

 

Pire, vous ne pouvez pas l’emmener car votre emploi est juste incompatible avec les horaires d’école et vous êtes au boulot en vous disant que vous allez vous farcir tous les mauvais côtés de la reprise de l’école (rythme, dépenses, excitation des enfants le soir) sans même en avoir le seul avantage de pouvoir avoir la fierté d’accompagner votre bébé pour sa rentrée.

 

Alors que feriez-vous si je vous dis qu’il est possible de transformer ce cap stressant à passer en une transition toute en douceur dans laquelle vous trouverez du plaisir ?

 

Pour y arriver, il vous faut :

  • L’envie de partager du plaisir en famille.
  • L’envie d’être épanouie.
  • L’acceptation qu’aujourd’hui ces objectifs ne sont pas atteints avec les habitudes en place et que pour obtenir d’autres résultats, il est essentiel de modifier certaines de ces habitudes.
  • La motivation nécessaire à la mise en pratique des astuces contenues dans cet article ou la sagesse de reconnaître que l’envie est là mais la motivation vacillante (par manque de confiance en soi, fatigue, problématique vécue) et qu’avec du soutien et de l’aide, la mise en pratique serait plus simple et efficace.

 

Si ces éléments de base sont ok pour vous, alors voici les astuces :

 

  1. Déterminer l’objectif :

 

Pourquoi est-ce si important d’être présent pour ce jour de rentrée ?

Au fond, c’est un jour d’école comme un autre, non ?!

 

Si la réponse est NON : qu’y a-t-il de différent ?

Si la réponse est OUI alors il n’y a pas de stress.

 

Quand vous aurez trouvé pourquoi c’est si important pour vous d’être présent, vous saurez alors quel est votre objectif pour vous sentir bien et satisfaite de cette rentrée.

Exemple :

  • soutenir votre enfant,
  • le voir grandir (fierté),
  • jouer votre rôle de parent (« parce qu’un parent doit être là pour la rentrée ! » = valeur importante pour vous)

 

  1. Se déculpabiliser pour profiter :
  • Posez-vous un instant et tentez, au calme, de vous rappeler de vos rentrées étant enfant.

enfants zenSi vous y parvenez, les souvenirs qui vous reviennent sont sans doute des évènements très marquants car globalement nous parvenons à nous rappeler, au mieux, des émotions qui étaient liées à cet évènement (excitation pour certains, stress pour d’autres) mais nous avons rarement une image nette en tête de la manière dont se sont déroulées ces journées.

 

Pour vos enfants, il en sera de même.

Demandez leur s’ils se souviennent précisément de leur journée de rentrée d’il y a 2 ans ! Faites le test !

 

Ce qui est donc primordial pour votre enfant ce jour là, c’est l’ambiance qui va servir de toile de fond à sa journée.

 

  • Echangez avec lui pour comprendre ce qu’il ressent à l’idée de rentrer en classe :
    • Excité
    • Stressé
    • Perdu (1ère année maternelle) et/ou ne réalise pas

 

  • Selon l’émotion, vous saurez quel sera votre rôle pour cette journée de rentrée :
    • Véhiculer jusqu’aux copains et s’effacer 😉
    • Rassurer, valoriser, encourager et s’effacer pour permettre à l’enfant de ne pas sentir votre stress.
    • Accompagner, rassurer sur le fait que vous serez là pour le récupérer puis rapidement passer la main aux enseignants pour ne pas donner de sur-dimension à la « déchirure ».

 

Bref, vous l’aurez compris, pour votre enfant, ce n’est pas tant votre présence à l’instant T qui compte mais bien votre soutien en amont et de manière adaptée.

 

  • Et en ce qui vous concerne ?

Car souvent le vrai souci vient du fait que NOUS avons ENVIE d’être là et c’est tout à fait normal.

Nul besoin de vous justifier en prétextant le besoin qu’a votre enfant de vous avoir à ses côtés.

Vous avez le droit de ressentir ce besoin ainsi que ce pincement au cœur que vous ressentez en le voyant grandir et « s’éloigner de vous ».

Pour vous déculpabiliser, vous pouvez commencer par reconnaitre que c’est votre envie (au moins autant que la sienne) et que c’est donc bien votre frustration de ne pas pouvoir en profiter qui vous culpabilise.

 

Comment pouvez-vous alors accéder à votre envie sans pour autant faillir à vos obligations professionnelles ?

 

  1. Des actions concrètes :

Vous serez là, mais vous devez vous rendre rapidement au travail après donc vous savez que vous serez tendue :

  • Préparez toutes les affaires la veille au soir et si votre enfant est du genre « long au réveil » ou « tête en l’air », prévoyez une « marge de manœuvre » pour la préparation du lendemain pour éviter de démarrer dans le stress et les cris.

 

  • Choisissez ses affaires pour la rentrée avec lui ou laissez le choisir pour lui permettre de se sentir réellement acteur dans ce changement de rythme.

 

  • Avancez votre alarme de 10 minutes et réveillez votre enfant de façon à partager un petit-déjeuner posé dans une ambiance détendue et joyeuse.

 

  • Donnez à ce temps calme entre vous à la maison, la dimension de ce que vous voulez partager ce jour là avec votre enfant (tendresse, fierté, complicité, soutien).

 

  • Envisagez le temps d’accompagnement à l’école comme un temps de transition au cours duquel vous laissez la place d’acteur à votre enfant : vous êtes donc libre de rester ou partir sans culpabilité !

Votre enfant a les choses en mains : faites lui confiance !

  • Pour les touts petits qui éprouvent des difficultés à la séparation, plus vous restez et plus ils ressentent votre détresse.

Aidez-les à la transition : permettez-leur de ne pas « tourner en boucle » sur leur peur en disparaissant de leur champ de vision.

Vous vous aiderez par la même occasion.

 

Vous ne serez pas présente pour sa rentrée :

  • petit-dejeuner-famille-partageSi votre emploi du temps le permet et que cela n’est pas trop fatigant pour votre enfant, vous pouvez partager un moment complice et privilégié autour du petit-déjeuner :

Selon l’objectif que vous avez identifié tout à l’heure qui vous motivait à faire de ce jour un jour important, celui-ci sera peut-être déjà atteint rien que par ce moment de partage !

 

  • Laissez un mot (pour les plus grands) ou une vidéo à la personne qui amènera votre enfant soit à l’école soit au périscolaire et qui pourra donc lui transmettre.

Mettez-y l’intention (soutien, partage, complicité) qui vous motive et qui vous permettra d’atteindre votre objectif et de prendre du plaisir même en étant « absent » physiquement.

 

 

maman-stresséeEn résumé, nous avons généralement tendance à nous mettre à la place de notre enfant et à transposer nos peurs en imaginant que ce sont les leurs.

 

Nous parvenons même, souvent, à leur transmettre.

J’ai été très forte, moi-même, dans ce domaine pendant de longues années.

 

En vous recentrant sur ce qui motive votre envie de faire de ce jour de la rentrée « un évènement à part », vous comprendrez comment « nourrir » vos besoins.

 

En échangeant avec votre enfant en toute simplicité sans « guider » ses réponses, vous verrez très rapidement quelles sont ses envies et vous serez souvent surpris voire rassuré.

La rentrée est un changement qui a un impact non négligeable sur nos rythmes à tous.

Pour démarrer du bon pied, démarrons sans stress !

 

Bonne rentrée à tous:)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *