Demander de l’aide : Comment un aveu de faiblesse peut s’avérer être une force qui ouvre de multiples opportunités.

aide force opportunitéQui n’a jamais connu cette situation paradoxale d’avoir besoin d’aide et de ne pas oser la demander ?

Je ne vous jetterai certainement pas la pierre car j’ai moi-même pendant longtemps, fait avec fierté mon slogan du fameux : « Aide-toi et le ciel t’aidera. »

Et pour cause, la société hyper individualiste dans laquelle nous vivons  a érigé l’autonomie en valeur suprême.

Nos parents avec beaucoup de bienveillance nous apprennent dès le plus jeune âge :

« Tu ne dois compter que sur toi-même si tu veux avancer dans la vie. »

Nous apprenons et intégrons rapidement que ne rien demander et « se débrouiller seul » est source de gloire et nous en retirons une sorte de fierté :

  • « Je me suis fait tout seul. »
  • « Moi, tout ne m’est pas tombé tout cuit dans le bec. J’en ai bavé pour en arriver là où j’en suis. »

Mais pourquoi est-ce si difficile de demander ou d’accepter de l’aide ?

Que ressent-on dans ces moments là ?

  • La peur d’être redevable?

« Si je lui demande de me rendre ce service, il va me demander un service en retour un jour et je n’ai pas le temps de l’aider. Comment je vais faire ? Je préfère me débrouiller. »

  • La peur de se mettre à nu?

culpabilité honte regard des autres« Si je lui demande ça, il saura que j’ai un problème et ça ne le regarde pas. Et puis qu’est ce qu’il va penser après ? Non, la honte ! Je préfère me débrouiller seul. Et puis je trouverai bien une solution.»

« Si je lui demande de l’aide, que vont penser les gens ?! Ils vont croire que j’ai un problème, que je ne suis pas capable de me débrouiller tout seul. La honte ! »

  • La peur d’être rejeté?

« Lui aussi est bien occupé. Et s’il me dit NON ? Je serai hyper gêné ! »

« Il va penser que je profite de sa gentillesse et il va me dire NON. Et après, çà va détériorer nos rapports.  Je préfère me débrouiller tout seul. »

  • La culpabilité?

« Je ne suis même pas capable de m’en sortir seul. Pourtant, les autres y arrivent bien. »

  • La fierté?

« Je vais bien finir pas y arriver. Je ne vois pas pourquoi je ferai appel à lui. Je suis assez grand pour me débrouiller tout seul. »

 

Alors vous choisissez d’affronter votre difficulté seul et vous en venez même souvent à bout, c’est vrai !

Vous en retirez même cette fameuse « fierté » qu’on vous a enseignée mais en même temps vous avez la rançon de la gloire :

  • Le stress que vous avez subi pour trouver votre solution (souvent système D) seul.
  • La fatigue que vous ressentez liée au jonglage que vous avez dû opérer dans votre emploi du temps pour vous débrouiller seul.
  • Ce sentiment d’usure, comme si vous aviez 30 ans sur le papier mais 40 ans dans votre corps parce que finalement vous trouvez souvent et depuis déjà des années vos solutions seul.
  • Ce sentiment que vous êtes au bout de quelque chose et que la moindre difficulté devient pesante sans que vous sachiez pourquoi alors que finalement jusque là vous vous en êtes toujours sorti comme un chef, seul.

Oui, mais avouer tout ça serait un aveu de faiblesse non ?! Et ça, ce n’est pas possible.

Et si vous regardiez tout cela sous un nouvel angle ?

opportunités coaching Nadine SCHWINN accompagnementEt si ce que vous considérez comme un aveu de faiblesse était en fait une force qui peut vous ouvrir de formidables opportunités ?

Que diriez-vous de transformer le fait de vous « contenter » de trouver une solution seul pour régler votre problématique en ouverture vers de multiples opportunités simplement en choisissant d’avancer avec l’aide et l’accompagnement qui sont à portée de main ?

Car à côté de vous, il y a de nombreuses personnes à qui, en demandant de l’aide, vous offrez l’opportunité de :

  • se rendre utiles et à qui cela fait du bien car cela représente un lien social précieux à leurs yeux.
  • pouvoir donner en retour un jour et renforcer vos relations avec vous-même et les autres.
  • vous découvrir dans toute votre authenticité avec une « faiblesse » finalement juste naturelle qui vous rend humain, accessible, humble et touchant donc attractif.

Mais me direz-vous, tout cela est bien plus dur à faire qu’à dire et cela implique de pouvoir accepter de cesser de vouloir être parfait et de tout contrôler.

Cela implique d’accepter ses imperfections et d’accepter pendant un temps de « perdre le contrôle » : c’est ce que l’on appel plus communément le lâcher-prise.

Pour cela j’ai une astuce simple à réaliser et qui a le mérite de vous faire «prendre de la hauteur » sur la notion de perfection et de contrôle et de parvenir à voir les choses sous un autre angle.

Vous ne pourrez évidemment ressentir les bienfaits de cette astuce qu’en la pratiquant :

  • Dessinez rapidement sur une feuille votre dessin fétiche.

Vous savez, celui que vous faites pendant les formations sur le coin de votre bloc-notes, celui que vous griffonnez machinalement lorsque vous êtes au téléphone dans votre bureau.

Si vous n’en avez pas, faites un dessin simple à réaliser pour vous en quelques secondes (ex : tête de lapin avec des grandes dents et gros yeux, fleur…..)

Regardez votre dessin une fois achevé.

Qu’en pensez-vous ?

 

Et maintenant, reproduisez le même dessin mais avec la main gauche pour les droitiers et inversement pour les gauchers.

Faites votre esquisse avec la même rapidité que tout à l’heure.

En faisant cela, vous vous remettez dans les mêmes conditions qu’un enfant de 2 ou 3 ans qui découvre son âme d’artiste.

décomplexé accepter ses imperfections confiance en soiEn un rien de temps, vous avez le coup de crayon incertain, tremblotant mais aussi décomplexé d’un enfant.

Le mot « décomplexé » prend tout son sens car quand nous dessinons ou écrivons de la main gauche, nous acceptons sans complexe que le tracé soit « imparfait ».

Nous sommes même en général plutôt fiers (tels des enfants) de nous en « sortir pas trop mal ».

L’exigence que vous avez vis-à-vis de vous-mêmes et ce besoin de faire les choses parfaitement, sans aide, ne vous parait-il pas sous un autre angle maintenant?

L’enfant qui apprend ou qui rencontre une difficulté, accepte qu’on lui montre, qu’on l’aide et cela lui permet de développer des talents plus facilement et de s’inspirer de l’expérience des personnes qui l’accompagnent.

Evidemment, les plus sceptiques diront : « Moi, mon fils ne veut pas qu’on l’aide et il veut tout faire tout seul. Cela le rend plus autonome. »

Ah oui ? Il n’a JAMAIS accepté votre aide ?!

 

Qu’il cherche à voler de ses propres ailes SEUL après, à s’épanouir grâce à l’aide que vous lui avez procuré au moment où il en avait besoin, est effectivement excellent pour son développement.

Pourquoi n’en serait-il pas de même pour vous ?

Pabo PICASSO a dit : « Tous les enfants sont des artistes. Le problème est de rester artiste une fois adulte. »

Il n’est jamais trop tard pour devenir l’artiste de sa vie.

[widget_instance id= »blog_subscription-2″ format= »0″]

 

3 thoughts on “Demander de l’aide : Comment un aveu de faiblesse peut s’avérer être une force qui ouvre de multiples opportunités.”

  1. Bonjour Nadine
    Cet article est très intéressant car il nous montre comment on peut se construire et avancer grâce à l aide des autres.
    Décomplexer face à des situations en demandant de l aide mettra du temps pour beaucoup mais c est une voie qu il faut prendre pour se bâtir soi même.
    Seul on va vite, mais ensemble on va loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.