L’autre : comment ne plus souffrir de ses remarques et de son regard.

souffrir-du-regard-des-autresC’est un sujet bien vaste que celui de la confiance en soi et du regard de l’autre.

Peu de personnes peuvent se targuer de n’être jamais touchés par les propos ou le regard des autres en général ou au moins de ceux qui comptent pour eux.

 

Je souhaite, au travers de cet article, vous apporter une astuce qui vous permette d’avoir l’opportunité, que j’ai eue moi-même il y a quelques années, de transformer votre point de vue sur les relations en général et ce qui constitue la plupart du temps : la naissance des conflits.

 

Concrètement, comment naît un conflit, une prise de distance, une faille dans la relation voire une rupture ?

 

Vous vous sentez mal parce que vous êtes triste, frustré ou en colère pour les raisons suivantes :

 

  • Vous êtes triste parce que vous vous dites que X vous en veut sans doute et que vous avez été maladroit ou que vous n’auriez pas du dire çà parce qu’il a du mal le prendre :

culpabilitéVous culpabilisez en supposant que vous avez endommagé votre relation et que X ne vous verra plus jamais de la même façon.

Vous avez la sensation d’avoir tout gâché !

 

 

  • Vous êtes en colère parce que X se permet sans arrêt des remarques blessantes.

Vous avez la sensation qu’il se moque de vous ou qu’il vous attribue tous les maux de la Terre.

Vous ne faites jamais les choses assez bien pour X et ses reproches, remarques et attitudes commencent franchement à vous chauffer et vous blesser.

 

  • Ce que X a dit ou fait vous a blessé.

Cela vous met en colère et vous touche parce que c’est quelqu’un qui compte ou comptait jusque là pour vous.

 

  • X est censé être votre ami et au moment où vous auriez besoin qu’il soit là parce que vous avez besoin de parler, de soutien, d’aide ou d’un service, vous avez le sentiment qu’il n’est pas disponible pour vous.

DeceptionCela vous déçoit.

Vous êtes frustré, triste et pour finir franchement en colère.

 

Vous n’avez qu’une envie : le remettre à sa place mais vous savez que si vous le faites cela va dégénérer donc vous gardez vos pensées pour vous et votre colère ne fait que grandir.

 

Que va-t-il se passer ensuite ?

 

Dans la majorité des cas :

 

  1. Les suppositions, non-dits et frustrations vont s’accumuler jusqu’à former une rancoeur qui vous mettra en situation d’alerte à chaque fois que vous verrez cette personne.

Cette situation d’observation et de dissection de chaque fait, geste et parole dans un climat nourri d’a priori et de rancoeur viendra étayer les suppositions jusqu’à fragiliser ou briser la relation.

 

  1. Les non-dits et suppositions ayant généré une attitude de méfiance voire de repli par rapport à cette personne vont vous amener à prendre des distances, vous effacer lors des conversations (les éviter) ou encore à prendre des décisions radicales

(« C’est fini, je ne lui proposerai plus rien ! » / « C’est simple ! C’est la dernière fois qu’on part avec eux ! »)

 

Mon astuce :

 

  • Pour pouvoir appliquer cette astuce, il est essentiel de prendre conscience d’un élément clef :

« Vous n’êtes pas dans la tête des autres et personne n’est dans la vôtre. »

 

point-de-vueCe que j’entends par là est que les interprétations que vous faites partent toutes de votre tête dans laquelle sont vos valeurs, vos points de vue, votre expérience propre et que tout ceci est nécessairement différent de ce que contient la tête des autres.

Donc, en supposant, en interprétant ce que les autres pensent ou ont voulu dire, la probabilité que vous fassiez fausse route est très élevée.

 

Peut-être avez-vous partiellement « raison » mais il vous manque néanmoins l’intention que la personne mettait dans ses propos : le contexte qu’il y avait dans sa tête.

 

Là où vous avez vu une remarque qui ne peut être perçue que comme de la méchanceté gratuite, la personne en face y aura peut-être vu de l’humour car pour elle cela en est et elle vous croit dans la même lignée qu’elle.

 

  • La meilleure façon de le savoir est de : demander.

 

  • Même si votre cœur bat la chamade à l’idée d’affronter cette personne parce que vous avez peur de sa réaction, la seule possibilité que vous avez de savoir réellement ce que cette personne voulait dire ou pense est de lui demander.

 

Si vous ne mettez pas d’intention de règlement de comptes dans votre demande et que celle-ci vise vraiment à comprendre, les mots que vous emploierez seront bien reçus.

 

La majorité du temps, vous serez rassuré et vous vous rendrez compte que vous étiez parti dans des délires qui n’avaient rien à voir avec les intentions réelles de la personne.

Il s’agissait plus de peur que vous nourrissiez par le biais de complexes que vous avez naturellement en vous, que de pensées qu’avaient réellement X.

 

Il est également essentiel que vous expliquiez à X les sentiments que la situation a déclenchés en vous pour qu’elle comprenne ce qui vous a poussé à venir lui en parler.

 

Que va-t-il se passer ensuite ?

 

Dans la majorité des cas :

 

1)      Vous serez rassuré parce qu’il n y avait aucune mauvaise intention de la part de X.

Votre aptitude à vous livrer la rassurera sur votre transparence, ce qui permettra à votre relation de se renforcer par une confiance mutuelle en encourageant également X à se mettre dans la même optique de transparence que vous

= une relation bâtie sur une confiance mutuelle et le respect de la sensibilité et de la différence de l’autre.

 

2)      Vos craintes seront confirmées sur la forme des propos qui ont été tenus mais vous comprendrez que X n’y mettait pas une mauvaise intention : c’était de la maladresse.

Vous aurez alors l’occasion de livrer les sentiments que cela a provoqué en vous et ainsi de montrer la limite à X au-delà de laquelle il peut vous faire du mal et qu’il pourra alors veiller à ne plus franchir s’il souhaite préserver votre relation.

 

3)      Cas le plus rare.

Vos craintes seront confirmées.

X y mettait réellement une mauvaise intention et ne nourrit aucune intention positive à votre égard.

Les sentiments que la situation a engendrés chez vous lui importent peu et en plus X en rajoute.

 

Vous serez fixé sur votre relation et serez alors libre de laisser X continuer sur son chemin en faisant la place dans votre vie à des personnes qui seront plus à même de contribuer à votre bien-être.

 

 

Comme vous l’avez compris, il ne s’agit pas de « régler ses comptes » mais bien de dévoiler ses émotions et surtout d’accorder à l’autre que vos suppositions ne sont pas la réalité car même si vous êtes doté d’1 esprit d’analyse hors pair ou d’une aptitude hors norme à ressentir les choses, vous ne pouvez prétendre connaître cette personne à 100% et savoir ce qu’elle a en tête.

 

Si vous voulez le savoir, la seule manière d’y arriver et donc de lui demander.

refouler-ses-émotionsFaire semblant que tout va bien tout en continuant à nourrir vos suppositions équivaut à mettre en marche le compte à rebours d’une bombe à retardement concernant votre relation.

 

 

 

Une dernier point et non des moindres : chaque situation est différente.

 

Je vous dis ceci parce que j’ai été moi-même confrontée à ce cas récemment et il a failli ternir une relation à laquelle j’accorde de l’importance.

 

Exemple :

Ce n’est pas parce que vous avez eu une relation conflictuelle avec une de vos sœurs et qu’elle nourrissait à votre égard des rancoeurs qu’elle vous a un jour balancé comme une bombe en plein visage, que votre autre sœur en fera de même un jour et qu’il faut marcher sur des œufs avec elle en permanence de peur que la situation se reproduise.

 

Et d’ailleurs, même s’il s’agit de la même sœur.

Dans un autre contexte (moins de fatigue, quelques années d’expérience en plus, un travail fait sur soi), la situation peut être radicalement différente.

 

Si vous ne devez retenir qu’une seule chose de cet article, c’est que chacun d’entre nous est unique et que personne ne vous connaît mieux que vous-même car personne n’est dans votre tête.

 

Si vous voulez que quelque chose soit clair, le seul moyen est de l’exprimer tel que vous le pensez (dans le respect de chacun : avec des intentions positives).

 

Si vous voulez savoir quelque chose, le seul moyen est de le demander clairement en livrant vos doutes et vos émotions (sans faire de vos doutes des accusations : ne perdez pas de vue que ce ne sont que vos suppositions).

 

 

clef-de-la-réussiteSi vous avez le sentiment que vous vivez souvent ce type de situation (impression d’être jugé, rabaissé, humilié injustement), je vous invite à profiter de la séance diagnostique sans engagement offerte de 45 minutes lors de laquelle je peux aider ceux qui souhaitent vraiment réussir à ne plus souffrir du regard des autres, à trouver des solutions rapides.

 

Vous avez aimé cet article : abonnez-vous en 1 seul clic à ce blog pour recevoir automatiquement les astuces suivantes et partagez-le avec votre réseau 😉

[widget_instance id= »blog_subscription-2″ format= »0″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *