Maman active : Le carburant de Super Maman => De la culpabilité au plaisir.

Wonder Maman maman active culpabilitéAujourd’hui, j’ai envie de vous raconter l’histoire d’une maman au top, qui se donne à 3000% tous les jours (au travail, avec ses enfants, son mari, ses amis).

Cette histoire est une histoire vraie, qui parlera sans doute à beaucoup et notamment aux Mamans débordées qui sont légions et que je connais bien puisque certaines m’ont accordé leur confiance.

 

Je souhaitais depuis longtemps « casser le mythe » qui complexe les mamans  qui se comparent à cette maman : « sait tout faire », « parfaite », qui énerve…..mais aussi et surtout vous permettre de voir le côté vulnérable, attachant de cette même maman que l’on aime détester (avec ses vêtements cool et ses enfants polis).

la mère parfaite

L’objectif de cet article est de donner des pistes aux mamans débordées endurant la lourdeur de leurs multiples rôles, de leur emploi du temps surchargé et de leur culpabilité liée aux tâches à moitié accomplies (voir pas accomplies) pour faire le 1er pas vers un quotidien plus zen et pouvoir carburer au plaisir.

 

Voici donc l’histoire d’une maman active qui voulait être parfaite : moi !

 

Plantons brièvement le décor :

Nous sommes en 2014 : Je suis manager (responsable de 23 points de vente), maman de 3 filles (10 ans, 7 ans et 2 ans), parent délégué de l’école primaire, organisatrice de la fête de l’école de mes enfants, voisine serviable, amie fidèle, bonne cuisinière, fée du logis et épouse attentive et aimante (quand il me reste du temps J).

Je rends toujours mes documents en temps et en heure, je visite mes magasins de manière équitable, je fais des activités manuelles avec mes enfants sur mes jours de repos, j’organise des repas avec nos amis en faisant attention de n’oublier personne…….etc etc

sourire de façade

Bref, je suis au taquet de 5h30 du matin à 23h30, souriante, pimpante, tirée à 4 épingles.

Mais…..car il y a un mais…..

 

Je ne réponds plus de rien quand :

  • Une remarque de mon mari (qui ne m’est même pas destinée) fuse sur le fait qu’il va falloir passer l’aspirateur (« Il critique mon ménage là, où je rêve !»),
  • Ma fille s’énerve durant l’activité manuelle pour X raisons (« Je me donne du mal pour vous et c’est comme çà que tu me remercies»)
  • Un voisin que j’ai « dépanné» par le passé (alors que « moi » je suis over bookée) me refuse un service parce qu’il n’est pas disponible alors que je suis carrément dans la panade,
  • Ma meilleure amie ne prend pas de mes nouvelles alors que moralement je suis au fond du trou et que je ne peux en parler qu’à elle….. (« Elle devrait le sentir là qu’il faut m’appeler !!!! Non ?!»)

 

……..et la liste peut s’étendre à l’infini car parfois je ne sais même pas moi-même pourquoi j’explose et surtout, je sais au fond de moi qu’il faut que j’arrête mais je n’y arrive pas…..

Je tourne en boucle et la réaction d’étonnement, voire d’incompréhension, des personnes en face de moi me fait carrément sortir de mes gonds (« Bon dieu, ce n’est quand même pas compliqué à comprendre ! »)

 

maman au bout du roulot

En fait, je suis disponible pour tout le monde sauf pour moi-même. Je n’ai pas le temps !

Et du coup, au fond de moi, j’en veux à la Terre entière de ne jamais pouvoir me poser.

 

  • J’en veux à ces filles parfaites physiquement qui ont le temps d’entretenir leur corps.
  • J’envie mes collègues qui sont encensées alors que moi je suis au taquet et que j’ai la sensation de passer inaperçue. J’en veux à ma hiérarchie.
  • J’en veux à mes équipes qui me sollicitent pour des détails sans chercher la réponse d’abord alors que j’ai du boulot par-dessus la tête.
  • J’en veux à mon mari qui ne « comprend rien» à ce que je traverse.
  • J’en veux à mes amies de ne pas être dispos quand je les appelle et que j’ai besoin de parler.
  • J’en veux à toutes ces mamans qui sont à la maison avec leurs enfants alors que moi je dors dans les hôtels loin de mes bébés tellement souvent que la petite dernière ne veut que son « papa » quand elle pleure….grrrrrrrr !

colère haine

Bref, j’ai la haine !

Vous voulez que je vous dise comment m’est venue l’envie d’écrire cet article ?

 

J’ai bricolé avec mes filles il y a quelques jours des porte-clefs pour la Fête des pères et ça faisait un moment que je n’avais pas fait ce genre d’activité avec elles…. (Et pourtant je ne dors plus à l’hôtel:)).

J’ai pris beaucoup de plaisir à faire cette activité et lorsque ma fille s’est énervée (« Maintenant j’ai écrit à l’envers et c’est tout gâché, c’est moche ! » Moue boudeuse, larmes aux coins des yeux, colère visible….), je lui ai proposé patiemment de refaire le porte-clefs ensemble.

Quelle est l’évolution entre 2014 et aujourd’hui dans ma vie ?

Non, non, je ne suis devenue ni parfaite, ni maître zen et cela m’arrive encore d’être en colère, je vous rassure….

plaisirLa différence c’est qu’aujourd’hui, ce que je fais, je le fais avec plaisir ou je ne le fais PAS.

Je ne bricole plus avec mes enfants sous le poids de la culpabilité Il faut que je fasse une activité avec mes enfants parce que les autres mamans, elles, elles le font ! ») au risque de leur en vouloir et donc de m’énerver à la moindre contrainte supplémentaire qui s’ajoute (colère, pleurs, difficultés à réaliser l’activité, saletés partout à la fin de l’activité…….)

Je partage des moments et des activités avec mes enfants quand nous en avons envie (d’1 côté comme de l’autre), quand cela nous apporte du plaisir.

 

Aujourd’hui, je fais encore beaucoup de choses et il m’arrive souvent d’avoir un emploi du temps bien rempli mais j’en garde le contrôle et je sais que je suis responsable de mon bien-être donc des activités que j’accepte de faire ou non qui l’impacteront dans un sens comme dans l’autre.

 

Mon astuce pour faire le 1er pas vers cette nouvelle habitude :

  • Ecrivez noir sur blanc ce que vous faites aujourd’hui sous le poids de la culpabilité, par devoir, etc…. dans une colonne à gauche d’une feuille et notez dans la colonne de droite ce que vous faites par plaisir ou ce que vous voudriez faire.

En faisant cet exercice, vous prendrez la mesure de l’équilibre que vous vivez au quotidien entre contraintes et plaisirs.

équilibre contraintes plaisirs

Le matérialiser par écrit, en prendre conscience est déjà un premier pas vers la construction d’un quotidien plus zen qui vous correspond.

Vous êtes une « Super Maman », quel que soit votre mode de fonctionnement.

C’est votre carburant que vous pouvez choisir de faire évoluer de la culpabilité vers le plaisir  pour profitez pleinement de votre lien avec vous-même (temps pour soi) et vos enfants.

 

  • super-maman plaisirSi cet article vous a plu, faites en profiter votre réseau.
  • Pour recevoir les articles suivants automatiquement, abonnez-vous au blog.
  • Vous vous sentez concerné(e) et souhaitez être accompagné(e) individuellement pour trouver un équilibre concret et durable dans votre vie professionnelle et personnelle.

Contactez-moi pour demander votre séance découverte de coaching gratuite.

[widget_instance id= »blog_subscription-2″ format= »0″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.